ZAC du quartier de l’École polytechnique

Partager la page

  • Communes de Palaiseau et Saclay
  • Dossier de création : avril 2012
  • Dossier de création modificatif : mars 2013
  • Création de la ZAC par arrêté préfectoral : 29 juillet 2013
  • Dossier de réalisation adopté : 13 décembre 2013
  • Aménageur : EPA Paris-Saclay
  • Concepteurs : Agence Michel Desvigne Paysagiste (paysagiste mandataire), Xaveer de Geyter Architecte – Floris Alkemade Architecte (urbanistes), Artelia (BET), Concepto (aménagement lumière)
  • Maîtrise d’oeuvre technique : TUGEC/Confluences/Sol-Paysage

Programmation totale : 877 800 m2

  • 216 800 m2 de programmes scientifiques,
  • 403 000 m2 d’activités économiques,
  • 182 000 m2 de logements étudiants et familiaux,
  • 76 000 m2 de commerces, services et équipements publics de quartier (crèches et groupes scolaires, pôles sportifs et centres culturels, terrains de jeux, locaux associatifs, parcs de stationnements publics…).

Située à l’Ouest de la commune de Palaiseau et au sud-est de la commune de Saclay, le quartier de l’Ecole polytechnique couvre une surface de 232 hectares.

A l’origine, le site était constitué d’espaces peu denses ponctués de grands ensembles bâtis. Son secteur Est, bordé par la Forêt Domaniale de Palaiseau, correspond historiquement au campus de l’Ecole polytechnique, qui a ouvert ses portes en 1976.

L’aménagement du quartier repose sur l’ouverture du campus historique de l’Ecole polytechnique, son extension vers l’Ouest et sa densification, avec l’implantation de nouveaux programmes et la réalisation d’espaces publics pour constituer des quartiers urbains compacts. Au centre du quartier, la gare Palaiseau de la ligne 18 du Grand Paris Express formera, dès 2026, le pôle d’animation du quartier.

©École Polytechnique / Perspective Ligne 18

Au Sud, le quartier est délimité par les côteaux boisés qui mènent aux centres-villes de la vallée de l’Yvette. On y trouve essentiellement des laboratoires de recherche et des activités de R&D :  Nano-Innov, le Centre de Nanosciences et Nanotechnologies, Horiba et l’Institut photovoltaïque d’Ile-de-France. Les qualités paysagères et patrimoniales de ce secteur– la ferme de la Vauve marque la limite sud du quartier – s’avèrent propice au développement de logements ou d’activités de plein air.

Au Nord Le site est longé au nord par la RD 36 et la Zone Protégée Naturelle Agricole et Forestière (ZPNAF) L’aménagement paysager de la lisière au nord assure une transition douce avec les espaces agricoles et accueille l’ingénierie écologique du quartier (gestion de l’eau, préservation de la biodiversité…) tout en imposant une limite à l’urbanisation.  Un secteur de relativement faible intensité urbaine, composée de très grands bâtiments comme ceux d’EDF Lab Campus et R&D et du centre de recherche de Danone jouxte cette zone.

© EDF Lab Campus et R&D / ZPNAF

Le secteur Ouest a connu une urbanisation progressive, avec l’arrivée de l’Institut d’Optique Graduate School (IOGS), le Centre R&D de Thalès et de Danone au début des années 2000. C’est là que se développe le cœur le plus intense du quartier autour de la Gare du Grand Paris Express et de la Bande Centrale, axe structurant est-ouest à l’identité urbaine affirmée. Bordé par deux boulevards, elle est parcourue par une suite de places publiques, devenant parvis devant les sites universitaires, placette pour les commerces, jardins publics pour les résidents ou passage au sein d’un bâtiment.  Sa conception fait la part belle aux piétons et aux mobilités douces. Dans cet ensemble, la place Marguerite Perey, formera avec la Gare qui lui fait face, la centralité du quartier.

Le Green articulera la partie Est historique et l’Ouest en fort développement du quartier. Ce très grand parc essentiellement consacré à des usages de loisir marquera fortement l’identité du campus.

Quartier durable résolument tourné vers la transition énergétique, son développement s’appuie sur la construction de bâtiments bas carbone, le développement d’énergies renouvelables et locales (photovoltaïque, géothermie) et le déploiement de solutions de mobilités à faible impact (réseau de bornes de recharge, autopartage, stationnement intelligent…). Afin de préserver l’environnement naturel, la trame urbaine intègre dès sa conception des noues et espaces végétalisées constituant à la fois des continuités écologiques nécessaires à la biodiversité et des outils de gestion de l’eau de pluie.

©  Thalès / DigitéoLabs Alan Turing / Piste cyclable de l’Avenue de la Vauve / Jardin public

Les établissements d’enseignement supérieur

Au cœur de la dynamique du Cluster Paris-Saclay, les établissements de l’Université Paris-Saclay et de l’Institut polytechnique de Paris sont pleinement intégrés à la vie urbaine du quartier. Les rez-de-chaussée ouverts et vitrés donnent à voir et à partager la vie étudiante. Des espaces mutualisés ou ouverts à tous publics renforcent la mixité et les échanges au bénéfice de la vie de quartier.

© Perspective – Bâtiment d’enseignements mutualisés / ENSTA Paris Tech / ENSAE Paris Tech

Les activités de recherche et développement et les entreprises innovantes

Des grands centres de R&D des groupes industriels aux start-ups de la deeptech, l’ensemble des acteurs de l’innovation bénéficient du foisonnement et de la vivacité de l’écosystème technologique au cœur du quartier. Les bâtiments qui les accueillent jouent le jeu de l’ouverture et de la mutualisation avec des espaces ouverts au grand public (amphithéâtres, brasseries, cafétéria), des espaces de co-working, de prototypage ou encore dédiés à l’accueil des start-ups ou aux projets collaboratifs.

© Perspective – IPHE / Horiba /IPVF / Poste Source Enedis

Les logements étudiants

Diversité des typologies, mixité des programmes et mutualisation des lieux de sociabilité et des services sont les maîtres mots de l’offre de logements étudiants qui participe de l’attractivité du Campus urbain de Paris-Saclay. Les logements s’adaptent à l’évolution des modes de vie étudiants tout au long de leurs études pour favoriser les croisements et les collaborations tout en valorisant le confort et la qualité durable des bâtiments. Avec des co-locations, des espaces de co-working, des cuisines partagées, des salles de musique ou de gaming, des jardins et portagés collectifs… chaque résidence étudiante, qu’elle soit sociale ou privée, répond de manière complémentaire à l’objectif du brassage entre étudiants de tous horizons scientifiques

© Residence Alexandre Manceau / Résidence Jean d’Ormesson /Résidence Rosalind Franklin / Résidence Jean d’Ormesson

Les logements

Le quartier offre des situations résidentielles différenciées, toujours qualitative et valorisant le contexte existant : des logements dans des secteurs apaisés en lien avec le paysage ou dans les centres plus animés, à proximité des principales aménités et bénéficiant d’espaces privatifs extérieurs plantés ou de jardins. Tous devront répondre aux attentes d’un large panel d’habitants et favoriser des parcours résidentiels au fil du temps.

Les commerces

Une vie de quartier animée et commerçante répond aux attentes de ses habitants et usagers. Le besoin de proximité, le souhait de consommer local, de disposer de commerces et services accessibles à pied comme la nécessité d’avoir des lieux de convivialité suscite les échanges et l’animation de la vie de quartier.

Les équipements publics

Indispensables à la vie urbaine et aux habitants, plusieurs équipements publics se déploient dans le quartier : notamment des équipements scolaires dont un lycée international, des équipes sportifs, la sous-préfecture de Palaiseau

Les espaces publics 

La qualité des espaces publics développés au cœur du quartier doit tant au choix des matériaux et du mobilier urbain qu’à la densité des espaces végétalisés. A la fois point de rencontres et de brassage des populations, lieu de l’animation et de la vie de quartier, ces places, parcs et jardins sont un puissant marqueur de l’attractivité urbaine.

En savoir plus