Continuités écologiques : la trame verte et bleue

Partager la page

La « Trame Verte et Bleue » (TVB) est une démarche issue du Grenelle de l’Environnement. Elle vise à maintenir et recons­tituer un réseau écologique national pour que les espèces animales et végétales puissent circuler et assurer leur survie. Ce réseau écologique, composé de réservoirs de biodiversité, reliés entre eux par des corridors écologiques, inclut une composante verte (milieux ouverts ou arborés) et une composante bleue (milieux humides) qui forment un tout indissociable, la trame verte et bleue.

L’établissement public d’aménagement Paris-Saclay a souhaité sortir des réponses exclusivement techniques pour la gestion des eaux pluviales dans la ZAC du quartier de Moulon et la ZAC du quartier de l’Ecole polytechnique en adoptant des modes de gestion alternatifs qui favorise la réinfiltration des eaux dans les sous-sols pour stabiliser le bâti, limiter les risques d’inondation, alimenter et préserver les ressources en eau. Ces espaces sont parties intégrantes et prenantes des projets d’aménagement du plateau de Saclay. Il est  en effet nécessaire aujourd’hui d’avoir une approche multiscalaire des dispositifs d’aménagement afin de favoriser la prise en compte de la biodiversité et des paysages en adoptant une vue d’ensemble à l’échelle des territoires en sus des seules applications locales.

Si le dispositif que l’EPA Paris-Saclay a adopté pour gérer l’eau sur le plateau participe à la gestion du risque de crue, avec la création d’une capacité de stockage de plusieurs dizaines de milliers de mètres cubes, la solution est multifonctionnelle. En effet, au-delà de la gestion des eaux pluviales, les milieux créés constituent une trame verte et bleue particulièrement riches pour la faune et la flore et à laquelle est associée des services écologiques nombreux. Le réseau humide créé est un espace multifonctionnel qui regroupe une grande diversité de milieux ; mares, forêts alluviales, boisements… ces différents milieux seront inondés provisoirement le temps de permettre une régulation du régime hydrique tout en conservant un milieu naturel, favorable à la biodiversité. De même, différents type de boisements sont implantés à proximité de ce réseau humide afin de le conforter dans son rôle de trame verte et bleue en s’appuyant sur les structures boisées environnantes qu’il prolonge et amplifie. Ces boisements seront composés par des espèces permettant de constituer un étagement qui assurera une stabilité vis-à-vis des contraintes de vent et une diversité optimale.

Afin de réunir les conditions du développement harmonieux de la faune et de la flore, ces espaces naturels feront par ailleurs l’objet d’aménagements hydro-écologiques : talus, dépressions ponctuelles, dispositifs anti-érosion, plages de gravier, zones inondables plantées, prairies humides, bosquets et haies d’arbustes forment autant d’habitats pour les batraciens, les insectes, les oiseaux et les chiroptères.

Si certaines zones restent inaccessibles au public, d’autres sont aménagées pour éviter que leur fréquentation n’impacte l’équilibre des écosystèmes et préserver ainsi la tranquillité des espèces. Par exemple, des passerelles pour traverser les noues, des friches plantées autour des berges des mares afin d’empêcher le piétinement, des passages protégés sous les voiries pour les amphibiens et les petits mammifères sont mis en place.

L’EPA Paris-Saclay s’est attaché à donner à cette continuité écologique une dimension paysagère afin de lui donner une facilité d’appropriation par les acteurs du territoire. Cette trame verte et bleue appelé Corridor, constitue donc également un paysage structurant à l’échelle du campus urbain conçu par Michel Desvigne, paysagiste (Grand Prix de l’Urbanisme en 2011) en partenariat avec un bureau d’études écologue. Cette structure se place en interface avec le plateau agricole en prolongeant les espaces naturels voisins. Il s’agit d’un paysage composite, à la fois continuité écologique et espace public et de détente, ouvert aux usages de plein air, lieu d’expérimentation de nouveaux rapports entre agriculture et ville.