François de Rugy, ministre d’Etat, ministre de la Transition écologique et solidaire inaugure le réseau d’échange de chaleur et de froid de Paris-Saclay

inauguration du réseau d’échange de chaleur et de froid de Paris-Saclay, le lundi 24 juin 2019

Partager la page

Lundi 24 juin 2019, François de Rugy, ministre d’Etat, ministre de la Transition écologique et solidaire, a inauguré le premier réseau de chaleur et de froid de 5e génération en France à Paris-Saclay en présence de Philippe Van de Maele, Directeur général de l’Etablissement public d’aménagement (EPA) Paris-Saclay, Michel Gioria, Directeur Régional Île-de-France de l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie, Thierry Franck de Préaumont, Président du Groupe Idex,  Michel Bournat, Président de la Communauté d’agglomération Paris-Saclay, maire de Gif-sur-Yvette et Jean-Philippe Dugoin- Clément, Vice-président de la Région Île-de-France chargé de l’Écologie, du Développement durable et de l’Aménagement.

Le réseau d’échange de chaleur et de froid de Paris-Saclay s’appuie sur la plus grande boucle de distribution tempérée de France, alimentée par la chaleur géothermique de la nappe de l’Albien, puisée à 700m de profondeur. Ce réseau permettra d’irriguer les 2,146 millions de m² du campus urbain avec une majorité d’énergies renouvelables et de récupération, pour une économie de 6 100 tonnes de CO2 par an. A travers l’aménagement du Campus urbain de Paris-Saclay, l’EPA Paris Saclay s’est fixé pour objectif de produire une chaleur à plus de 60% renouvelable.

Consulter l’article augmenté

Le réseau d’échange de chaleur et de froid forme la première brique de la stratégie énergétique de Paris-Saclay

Cette nouvelle infrastructure s’inscrit pleinement dans les objectifs de la Programmation pluriannuelle de l’Energie de 2019 et contribue au respect des engagements pris par la France lors de l’Accord de Paris sur le climat adopté en 2015, à l’occasion de la COP21. Faire de Paris-Saclay un territoire d’expérimentation de la ville durable, à énergie positive, est l’une des grandes ambitions de l’Etat défini dans les orientations stratégiques de l’Opération d’intérêt national Paris-Saclay.

Pour Philippe Van de Maele, Directeur général de l’EPA Paris-Saclay « L’aménagement de Paris-Saclay, premier pôle européen de l’innovation ne saurait être autre que durable. On ne peut concevoir que les idées, les technologies, les nouveaux services qui répondront aux grands défis de notre temps naissent ailleurs que dans un environnement lui-même tourné vers le futur. Le réseau d’échange de chaleur et de froid que nous inaugurons est le pilier d’une stratégie énergétique qui fera du campus urbain, une ville durable, sobre dans ses consommations d’énergies, résiliente, vivante, et source de bien-être pour ceux qui y vivent, travaillent et y étudient. ».

Pour François de Rugy, ministre de la Transition écologique et solidaire « Les villes sont bien les premiers lieux de consommation d’énergie et donc les premières concernées par la transition énergétique, c’est un enjeu assurément environnemental, mais également social, puisqu’en diversifiant l’offre d’énergie, on diminue son coût. ». « Ici, à Paris-Saclay, les innovations irriguent au quotidien le territoire, pour en faire un véritable laboratoire à ciel ouvert de la ville de demain ».

Un réseau d’échange pionnier, seul démonstrateur français du projet Européen D2Grids

Vidéo de présentation

Le réseau permet de valoriser une énergie renouvelable et locale issue de la géothermie dans la nappe de l’Albien. La boucle tempérée permet l’échange d’énergie entre les différents îlots urbains. Les ouvrages de production décentralisés situés dans chaque îlot, assurent les échanges d’énergie au sein de chaque îlot et permettent une production de chaud et de froid au plus près des besoins.

Depuis 2013, l’EPA Paris-Saclay travaille sur l’élaboration de ce réseau avec Tilia, entreprise de référence européenne sur ces sujets. En tant qu’assistant à maîtrise d’ouvrage, Tilia appuie l’EPA Paris-Saclay dans la conception, la modélisation, l’organisation de ce réseau intelligent et du service public dont il est le soutien. La réussite exemplaire du projet doit beaucoup à ce partenariat, qui en embrasse tous les aspects économiques, techniques et juridiques, dans une perspective résolument opérationnelle, et à l’esprit d’équipe et d’innovation qui l’anime.

L’EPA Paris-Saclay a choisi, et c’est une première pour un EPA, d’assurer la maîtrise d’ouvrage et l’exploitation de ce réseau énergétique novateur. Le constat a été fait que l’aménagement urbain du territoire était indissociable de la question de son approvisionnement énergétique et de l’implication de tous les acteurs (collectivités, établissements d’enseignement supérieur et de recherche, entreprises et usagers). Ainsi, l’opération d’aménagement bénéficie d’une solution énergétique durable, attractive et parfaitement adaptée. Les travaux et l’exploitation technique sont assurés par Idex et Egis Projects, dans le cadre d’un contrat CREM (conception-réalisation-exploitation-maintenance) signé en 2015.

11 bâtiments du campus urbain sont aujourd’hui connectés (CentraleSupélec, Hôtel Campanile, 3 résidences étudiantes, Institut Mines-Télécom, ENSAE ParisTech, ENS Paris-Saclay…). Près d’une vingtaine de bâtiments le sera à termes d’ici 2024.

L’impact du travail de l’EPA s’étend également au-delà de Paris-Saclay. Le territoire est associé à 12 partenaires européens pour le développement des réseaux de 5ème génération, avec le projet D2Grids, qui a reçu le concours de l’Union Européenne via l’Interreg North West Europe.

 

Le réseau de chaleur et de froid bénéficie du soutien financier du Fonds Chaleur de l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME). Il constitue une ossature structurante d’un smart grid énergétique, infrastructure évolutive destinée à valoriser l’ensemble des ressources du territoire en énergie. Plusieurs projets sont d’ores et déjà avancés pour mettre en place à Paris-Saclay un réseau multi-énergie s’appuyant sur :

– la récupération, par la boucle tempérée, de chaleur fatale issue de grandes installations informatiques ou scientifiques du territoire ;

– la valorisation des ressources organiques issues de l’agriculture et de la restauration collective. L’EPA Paris-Saclay mène actuellement, en partenariat avec les trois Communautés d’agglomération du territoire (Paris-Saclay en Essonne, Saint-Quentin-en-Yvelines et Versailles Grand Parc), un travail de recensement du potentiel des ressources organiques et de mobilisation des acteurs ;

– La valorisation, en autoconsommation, de l’électricité issue des panneaux photovoltaïques, pour lesquels l’EPA Paris-Saclay impose aux constructeurs de réserver au moins 30% des surfaces de toitures ;

– La mise en œuvre d’outils de gestion intelligente et collaborative et l’émergence de nouveaux services permettant aux habitants et usagers de participer pleinement à la transition énergétique.

 

Plus globalement, la stratégie énergétique mise en œuvre par l’EPA Paris-Saclay s’inscrit dans une politique bas carbone ambitieuse pour le développement d’un véritable éco-territoire avec notamment des actions en faveur de la mobilité (MoveInSaclay, ParkinSaclay, réseau de bornes de recharge, autopartage) et vers l’économie circulaire (circuit courts, pépinière de plantes locales, réutilisation des terres de rembalis…).

En savoir plus

Ajouter un commentaire