Participation à Concertation préalable à la mise en compatibilité du Plan local d’urbanisme d’Orsay et de Saclay – secteur de Corbeville

Donnez votre contribution

Selon les modalités de concertation fixées pour chaque projet par le Conseil d’Administration, un registre dématérialisé est mis en place afin que le public puisse consulter et donner son avis sans avoir à se déplacer en mairies et en préfecture.

Le registre dématérialisé qui complète le dispositif classique du registre papier, possède la même valeur juridique.

EPA Paris-Saclay – Charte de modération et de participation à la rubrique concertation

Nom *

Prénom *

Email *

Raison sociale

Adresse

Code postal

Ville

Votre message/observation *

Document associé

Souhaitez-vous rester anonyme ?

Retrouvez toutes les contributions

  • Contributeur Anonyme

    Publié le 27.11.2018

    Pour que ce projet soit synonyme d’innovation et d’avenir, il serait bienvenu de mettre tout en oeuvre, notamment les dernières innovations technologies en la mati§re, pour construire exclusivement des bâtiments et logements répondant à des critères de durabilité d’un point de vue thermique notamment. Nous y serions gagnant d’un point de vue économique à long terme (économie de chauffage et de climatisation), écologiquement (diminution de l’utilisation d’énergie), et en fierté.

  • Blot Ghislaine

    Publié le 19.11.2018

    Habitant Orsay, j’ai quelques observations et interrogations à formuler sur le projet d’aménagement de la zone de Corbeville.

    Rappel de dates significatives de la concertation
    30 mars 2017 : Les acteurs locaux ont été conviés à une première réunion de concertation préalable de l’aménagement de la ZAC de Corbeville. Il en ressort que ceux-ci ne font pas partie des acteurs de la concertation !

    Juillet 2017 : Atelier mobilité
    Octobre 2017 : Atelier paysage et environnement
    Novembre 2017 : Atelier hydrologie
    Aucun compte-rendu de ces ateliers n’est en ligne. Quelles sont les conclusions de ces ateliers ?

    Février 2018 : Deux réunions publiques – Saclay et Orsay
    Les présentations et informations sont différentes selon le lieu.
    Octobre 2018 : Deux réunions publiques – Saclay et Orsay
    Les présentations et informations sont encore différentes selon le lieu et les débats sont très animés.

    Ces différentes présentations ne représentent pas à mon avis une concertation avec les acteurs du territoire impliqués par ce futur aménagement. Un débat n’est pas une concertation surtout quand il n’est tenu aucun compte des observations formulées durant ces échanges.

    Le plateau de Saclay est déjà un vaste chantier qui génère de nombreux désordres.
    Il est urgent et impératif de se poser et de prendre le temps de considérer la zone de Corbeville en globalité en tenant compte de l’urbanisme, du logement, de la gestion de l’eau, des équipements de production de chauffage refroidissement, des transports, de la mobilité, des équipements publics adaptés, des équipements commerciaux, des équipements sportifs et culturels, des espaces naturels, des espaces agricoles,….

    Avant d’intégrer une université, le parcours scolaire passe par la crèche, l’école, le collège et le lycée : rien n’est explicité dans les présentations. Où est prévu le collège qui sur le plateau devra accueillir les jeunes de Saclay en plus des jeunes des nouveaux quartiers ? Le lycée international qui se trouve maintenant sur le quartier de polytechnique sera-t-il un établissement ouvert à tous ou un lycée d’excellence ?

    Quelle offre de santé propose-t-on aux futurs habitants ? Il était prévu un centre hospitalier spécialisé dans les maladies neuro-dégénératives : hôpital de proximité ou spécialisé ?
    Le futur hôpital qui remplacerait 3 hôpitaux existants de proximité pourra-t-il répondre aux besoins supplémentaires de ces nouveaux habitants ?
    Quelle place réserve-t-on aux seniors dans ce nouveau quartier ?

    Une des priorités n’est-elle pas : le déploiement cohérent et progressif des infrastructures de mobilités avec celui des opérations d’aménagement sur le territoire ? Quand est-il aujourd’hui sur les accès à cette zone, aux liaisons plateaux-vallées, … ? Pourquoi augmenter la population sur le plateau sans résoudre au préalable le problème de saturation déjà existant du réseau routier sans pallier le déficit de transport en commun ? L’aménagement n’est-il pas prévu d’être déployé en même temps que la futur ligne de métro ? Cette ligne 18 est actuellement prévue pour 2027. Faut-il exclure la possibilité que celle-ci ne voit jamais le jour ? Quel est son réel intérêt ?

    La zone de Corbeville devrait accueillir entre 3 000 et 8 000 habitants, celle-ci ne doit pas devenir une cité-dortoir, avec des immeubles jusqu’à 25 mètres de hauteur. Quels services , quels équipements, quels lieux de vie seront implantés ?

    Pourquoi avoir lancé en juin 2018 une consultation concernant le complexe sportif de l’université Paris-Saclay ?
    * Le complexe sportif n’a jamais été présenté aux acteurs du territoire.
    * Son ambition est de répondre aux besoins de l’université mais sera-t-il également comme prévu accessible aux habitants et salariés ?
    * Pourquoi détruire plus de 2 hectares de terre agricole pour cette opération quand il est prévu d’aménager des espaces verts sur le site de l’ancien centre de recherches de Thales ?

    Pourquoi les présentations du quartier de Corbeville ne ressemblent en rien aux illustrations et plans des divers documents et brochures de l’EPAPS, certaines datant de décembre 2017 ?

    NON à cet aménagement imposé de la zone de Corbeville
    OUI à une véritable concertation avec les populations concernées.

  • Contributeur Anonyme

    Publié le 05.11.2018

    Bonjour,
    c’est ancien site industriel est-il dépollué? (site anciennement classé CEVESO)
    Cordialement

  • Contributeur Anonyme

    Publié le 22.10.2018

    L’urbanisation du plateau de Saclay, ainsi que la construction de grands centres d’enseignement et de recherche, sont des projet pharaoniques qui vont engendrer inutilement des dégâts agricoles et écologiques, des problèmes de transport public et de circulation automobile (donc de pollution), et résulteront en isolement des habitants, voire en ghettoïsation, comme c’est le cas pour les autres villes nouvelles construites par le passé (voir pour exemple Les Ulis).
    Projets à abandonner d’urgence.

  • Bernert Patrick - Elu au conseil municipal d'orsay

    Publié le 19.10.2018

    Je trouve que d’installer 5000 nouveaux habitants à Corbeville est une hérésie, alors que les voies de communication sur le plateau sont saturées ainsi que la N118 alors même que les nouvelles écoles en cours d’installation n’ont pas encore reçues leurs élèves et corps enseignant. Le ruissellement en cas de fortes pluies crée déjà des inondations ces constructions nouvelles vont aggraver la situation. Seul se justifie l’installation du nouvel hôpital et du secours incendie et la réhabilitation du château de Corbeville. Un téléphérique entre la vallée d’Orsay et le Plateau de Saclay ainsi qu’entre ce dernier et la ZAC de Courtaboeuf serait pleinement justifié ainsi bien sûr que la ligne 18.

  • Dupont Karin - Retraitée

    Publié le 18.10.2018

    Je trouve que la décision est grave pour l’avenir. On a la chance d’avoir un Plateau qui protège l’environnement avec une terre très fertile grâce aux nombreuses rigoles aménagées du temps de Louis XIV et en partie déjà bouchées! Tout cela va disparaître en bétonnant le Plateau sur la partie encore fertile. Je trouve que c’est criminel pour l’avenir! Je pense souvent à l’île de Pâques. si on continue ces aberrations on y arrivera un jour,peut-être lointain, quand on aura systématiquement détruit notre terre. Pourquoi est-on si aveugle et ne pense-t-on qu’au profit!!

  • Contributeur Anonyme

    Publié le 16.10.2018

    Consultation ? ça veut dire que nos avis seront respectés ?
    Consulter ne sert à rien si c’est pour s’assoir sur les avis de la population.

    S’entasser en habitations et lieux de production de travail sur des terres qui nous alimentent, quelle drôle d’idée !
    Nous poursuivons la course à l’insuffisance alimentaire que nos anciens ont entamée, qui fera de nos enfants des dépendants à des pays ou des entreprises qui auront saisi cette opportunité pour les aliéner toujours plus. Leur liberté dépend de leur indépendance alimentaire et en ressources essentielles. Transformons ce projet en un projet d’indépendance alimentaire locale, raisonnée et respectueuse de l’environnement.

  • Roger Nicole

    Publié le 16.10.2018

    Alors que le réchauffement climatique se fait de plus en plus sentir, le devoir de tous, citoyens, élus, gouvernements, est de sauver les terres agricoles,
    nos enfants en auront grand besoin !

  • Contributeur Anonyme

    Publié le 16.10.2018

    Je réclame l’abandon du projet de ZAC de Corbeville et la sanctuarisation de ses terres agricoles pour les raisons suivantes :
    – le plus on remplace les terres cultivées autour de Paris par du béton, le plus on augmente la tension liée à l’approvisionnement en nourriture des habitants de ces régions.
    – les terres du plateau sont exceptionnelles pour les activités agricoles du fait de leur passé d’ancien marécage, c’est dommage de se priver de cette ressource alors que le monde prend actuellement conscience de l’importance des « terres à cultiver ».
    – le plus on bétonne le plateau, le plus on l’imperméabilise. La nappe phréatique sous plateau ne pourra plus fonctionner, les glissements de terrains vont augmenter ainsi que les risques d’inondations pour les vallées alentour.
    – liée à l’urbanisation, l’augmentation des temps de déplacement s’oppose à la diminution de la concentration de CO2 dans l’atmosphère

  • Le coz Jean luc - Retraité et citoyen

    Publié le 16.10.2018

    Il y a une dizaine d’années il y a eu un projet d’urbanisation global du plateau de Saclay. Ce projet ayant été rejeté massivement par la population n’a pas abouti .les élus et diverses administrations ont décidé de reprendre ce projet mais pour s’éviter un second rejet le font de manière parcellaire et sournoise espérant que la population n’y verra que du feu et que l’opposition sera moindre. c’est la stratégie de mitage du plateau qui compromets à terme la vocation agricole du plateau.
    Autre constat l’absence totale de concertation avec le citoyens et les associations notamment en ce qui concerne la définition de la ZNPNAF et pour avoir assisté à la présentation du projet récemment à SACLAY ou 2 votes de modif du PLU sur ORSAY et SACLAY concerné par le projet Corbeville auront lieu.Lorsqu’on pose la question au cas ou les modifs du PLU ne seraient pas acceptées ce qu’il adviendrait du projet on nous réponds prosaïquement qu’en dernier ressort c’est le préfet qui décidera ,or ce projet est classé projet d Intérêt national et donc il n’est pas difficile de deviner de quel coté le représentant de l’état penchera. On assiste de fait a une pseudo concertation ou les dés semblent joués d avance si la mobilisation citoyenne ne se renforce pas.
    Avis à la population

  • Layalle Claude - Ingénieur retraité

    Publié le 15.10.2018

    S’il vous plaît, arrètez de bétonner des terres agricoles: vos enfants et mes petits enfants en auront besoin pour se nourrir.

  • De rasilly Raphaël - Ecole polytechnique

    Publié le 12.10.2018

    Bonjour,

    Dans le cadre de la concertation pour la ZAC de corbeville, j’aimerais partager mon vécu d’habitant d’Orsay et d’usager du campus sur le plateau au quotidien.

    Ma contribution porte sur les axes de circulation prévus dans le cadre du schéma général d’aménagement qui sont insuffisants pour absorber les futures circulations, et rencontrent déjà de nombreux dysfonctionnements alors que le pic de fréquentation ne sera atteint que dans quelques années.

    Exemple de l’argument avancé : au croisement du boulevard Gaspard Monge et de la D128 , lorsqu’elle devient l’avenue de la Vauve entre les zac de Corbeville et que quartier de l’Ecole polytechnique se trouve un carrefour à feu. Ce carrefour à feu ne remplit pas son rôle de régulation de la circulation et génère au contraire des embouteillages car il est inadapté à la nature du traffic qui transite par là aux heures de pointes.
    Ainsi, le matin, une simple observation permet de noter que 90% du traffic routier se déplace sur l’axe Ouest-Est.

    Ce carrefour à feux engendre un encombrement sur cet axe si bien que la file d’attente pour passer cette étape génère un embouteillage chaque matin qui se prolonge jusqu’à la bretelle de la N118 à l’entrée de la ZAC du Moulon !!! Un trajet demandant 5mn pour rejoindre les deux pôle d’activités du campus prend ainsi 15 à 30mn en fonction du traffic et des aléas des chantiers. Surtout, si un tel problème survient alors que le nombre d’usagers est très réduit aujourd’hui par rapport au volume attendus dans les prochaines années, les choses ne peuvent qu’empirer.

    Une solution pourtant simple permettrait de fluidifier la circulation : changer le carrefour à feu à l’angle du boulevard Gaspard Monge et de la D128 en le remplaçant par un rond point giratoire de petite envergure.
    En effet, les flux venant du nord et de l’Est se dirigent à une écrasante majorité vers l’ouest, et les flux venant de l’ouest empruntent de la manière les axes en sens inverse.

    Autre exemple : les feux censés être synchronisés avec le passage des bus ne le sont pas du tout, et ce phénomène est flagrant sur toute la longueur du boulevard Gaspard Monge. Ainsi, quand un bus est à l’approche d’un arrêt voisin sur la voie du TCSP réservée au bus, le feu passe au rouge pour les voitures sur la voie parallèle. Le bus s’arrête, le feu repasse au vert alors que les piétons sortis du bus n’ont pas eu le temps de traverser la voie. Des feux passant au rouge sur sollicitation directe des piétons seraient donc de toute évidence plus indiqués au bénéfice à la fois des piétons et des automobilistes qui ont tendance à ne plus les respecter.

    De manière générale, le développement des transports en commun attendus pour 2027 ne suffiront pas à contrebalancer l’usage de la voiture sur l’ensemble du campus. A ce titre, construire un boulevard contournant les pôles du campus par leur périphérie non soumis à des carrefours à feu tous les 50m paraît impératif pour garantir de bonnes conditions de circulation et absorber et fluidifier le traffic routier dans le futur.
    Les développements de la ZAC ne Corbeville, avec les logements, l’hôpital, etc…ne font que renforcer la nécessité de corriger et adapter les schémas d’aménagement de la circulation actuels.

    Merci d’avance pour la prise en compte de cet avis représentatif de la colère de nombreux usagers par rapports aux conditions de circulation sur le campus.

    Bien cordialement,

  • Escande Philippe - Citoyen

    Publié le 03.10.2018

    Bonne idée que cette concertation !
    D’autant plus que l’EPAPS met en avant, ici plus qu’ailleurs, le développement durable, la bonne gestion des eaux pluviales en prenant en compte les risques liés aux évènements jusqu’ici exceptionnels ainsi que la réhabilitation de la rigole de Corbeville.
    Allons jusqu’au bout de la démarche. S’il semble difficile de freiner l’urbanisation à l’est du « corridor écologique » envisagé – les plans semblent déjà prêts -, la partie ouest semble plus ouverte. Définissons une continuité à échelle humaine entre ces grands ensembles de bétons des quartiers Polytechnique et Moulon.
    Pour cela, créons des jardins partagés pour les habitants du plateau. Préservons des terres agricoles pour Agro ParisTech qui en manque cruellement à l’étroit dans ses cubes de béton. Fournissons un peu de nourriture locale par du maraîchage ou autre aux habitants et scientifiques à l’entour !
    Messieurs les décideurs de l’EPAPS (et mesdames aussi j’espère), un peu de courage pour entrer dans le XXIème siècle ! Ne nous tirez pas une balle dans les deux pieds!