Paris-Saclay, une opération urbaine pour un cluster scientifique et industriel

Versailles-Satory Ouest

Satory

À proximité immédiate du château et du cœur historique de Versailles, desservi à terme par une gare de la ligne 18 du métro du Grand Paris, le plateau de Satory présente un potentiel de développement et de mise en valeur exceptionnel, à l’échelle des Yvelines et à celle du Grand Paris.

Cette qualité du site impose des ambitions élevées en matière d’aménagement de la part de l’ensemble des partenaires : le Ministère de la Défensela Ville de Versailles, la Communauté d’agglomération Versailles Grand Parc, le Conseil départemental des Yvelines et l’Etablissement public d’aménagement Paris-Saclay (EPA Paris-Saclay). Une charte en assure la qualité architecturale, urbaine et paysagère.

Versailles Satory-Ouest, ville durable et pôle des mobilités du futur

Le plateau de Satory est le huitième quartier de Versailles. Situé à proximité du centre de la ville, son développement rendu possible par la libération des terrains militaires à l’ouest, est fortement lié à l’amélioration de sa desserte : dans un premier temps la restructuration de l’échangeur RN 12/RD 91 associée à la création d’une bretelle de desserte à l’ouest du plateau, puis la création d’une liaison gare de Saint-Cyr – Satory (arrivée de la tangentielle ouest en 2017) via une partie de la voie ferrée militaire existante.

Le site bénéficiera d’une gare de la ligne 18 du métro du Grand Paris qui le reliera directement à Versailles-Chantiers d’un côté, à Saint-Quentin-en-Yvelines, le campus urbain, Massy et Orly, de l’autre.

Des premiers principes d’aménagement ont été transcrits dans une charte urbaine et paysagère publiée en 2013 par l’Établissement public Paris-Saclay et la ville de Versailles.

Depuis, les études de faisabilité, conduites en collaboration avec la communauté d’agglomération de Versailles – Grand Parc, le conseil départemental des Yvelines et le ministère de la Défense ont permis de préciser le projet d’aménagement, sa viabilité économique, et son phasage. Le Conseil d’administration de l’Établissement public Paris-Saclay a ainsi pris l’initiative d’une zone d’aménagement concerté le 27 juin 2014.

Le quartier accueillera un pôle d’innovation (centres de recherche et développement, PME, start-up) sur les mobilités du futur autour de l’implantation de l’institut français des sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux (IFSTTAR) et du nouvel institut pour la transition énergétique (ITE) VEDECOM. Mais ce sera aussi un quartier mixte, économique et résidentiel, avec une offre diversifiée d’habitat pour les salariés actuels et futurs de Versailles et de Saint- Quentin-en-Yvelines, contribuant de manière significative aux objectifs de production de logements en Île-de-France.

Dans un site exceptionnel, le quartier sera, lui aussi, exceptionnel par sa qualité architecturale et paysagère, par ses ambitions écologiques et énergétiques. Il servira de laboratoire en vraie grandeur pour les mobilités innovantes, mais aussi pour des projets paysagers et environnementaux portés par la dynamique grappe d’entreprises Le Vivant et la Ville.

Liaison Saint-Cyr-Satory

Dénommé « Liaison Saint-Cyr-Satory », le projet de reconversion de la voie ferrée militaire entre la gare de Saint-Cyr-l’Ecole et le plateau de Satory vise à renforcer l’offre de transport en commun pour le futur quartier de Satory Ouest. Cette liaison constituera également à terme une interconnexion entre la gare de Saint-Cyr-l’Ecole et la ligne 18 du Grand Paris Express. Destinée à accueillir la circulation de véhicules roulants (type bus ou navettes autonomes) tout en maintenant l’exploitation fret militaire, l’infrastructure sera le support d’un système de desserte dit « du dernier kilomètre ».

Figure 3

 

Aujourd’hui, à l’usage strictement militaire, la voie ferrée accueille environ 132 mouvements de trains répartis sur 40 jours/an. Des études amont, menées par le STIF tout d’abord puis par le bureau d’études Tractebel Engineering pour le compte de l’EPA, ont permis d’établir la faisabilité de l’utilisation de cette voie pour mettre en place une ligne de transport en commun tout en maintenant l’usage militaire. Ainsi, elle a abouti à un scénario d’aménagement économisant l’espace et réduisant les impacts sur son environnement grâce à des solutions innovantes : maintien de l’exploitation SNCF et militaire grâce à la mise en place d’une circulation alternée trains/véhicules roulants et reprise du revêtement le long de la voie ferrée existante. Ainsi, l’emprise de l’infrastructure se limiterait a priori au foncier militaire disponible. Afin de préciser le projet et suivre sa réalisation, l’EPA Paris-Saclay vient de désigner un groupement de maîtrise d’œuvre, constitué du bureau d’études techniques ARCADIS ESG et l’Agence Devillers & Associés. Son périmètre d’études couvre le terminus de la liaison à aménager au niveau de la gare de Saint-Cyr-l’Ecole, la boucle longeant le quartier de l’épi d’or et le raccordement de la liaison à une future voie structurante de la ZAC de Satory . Le déroulement général des travaux ainsi que la méthode de réalisation de la voie mutualisée feront rapidement l’objet d’une clarification par la maîtrise d’œuvre. En phase de chantier, celle-ci doit notamment se plier à des contraintes strictes telles que mettre à la disposition des convois militaires la voie ferrée en 72h (situation d’urgence).

Le contrat de développement territorial

Le contrat de développement territorial (CDT) de Versailles Grand Parc/St-Quentin-en-Yvelines/Vélizy-Villacoublay a été signé lundi 14 décembre 2015 par le préfet des Yvelines et les maires des communes de Bièvre, Bois d’Arcy, Elancourt, Guyancourt, Jouy-en-Josas, La Verrière, Les Loges-en-Josas, Magny-les-Hameaux, Montigny-le-Bretonneux, Saint-Cyr-l’Ecole, Toussus-le-Noble, Trappes-en-Yvelines, Vélizy-Villacoublay, Versailles, Viroflay et Voisins-le-Bretonneux, les présidents des Communautés d’agglomérations de Saint-Quentin-en-Yvelines et de Versailles-Grand Parc, ainsi que le président du conseil départemental des Yvelines.

L’Etat et les collectivités locales signataires traduisent dans ce document un dessein politique partagé : asseoir le territoire de l’innovation industrielle et de la haute qualité de vie.

Le CDT constitue ainsi la feuille de route stratégique et opérationnelle du territoire pour les quinze prochaines années en matière de :

  • transport avec en particulier les 3 nouvelles gares du nouveau Métro du Grand Paris Express (Saint-Quentin Est, Versailles Satory et Versailles-Chantiers),
  • logement avec pour objectif la construction de 2 965 logements par an sur l’ensemble du territoire une ville durable, facile à vivre et participant des équilibres métropolitains ;
  • développement économique, avec pour ambition la création de 2000 emplois par an, soit 30 000 emplois sur le durée du CDT, tirée par la constitution d’un écosystème intégré autour de la mobilité innovante et décarbonnée.

En savoir plus

Actualités