Faire la ville durable

Partager la page

À Paris-Saclay, la recherche ne se limite pas aux salles blanches des laboratoires et des entreprises. L’innovation irrigue les transformations de ce territoire d’avenir, durable par nature. Les forces vives du cluster regroupent une diversité de compétences correspondant aux grandes questions de société du XXIème siècle : l’énergie, l’alimentation, la biodiversité, la mobilité. Elles présentent autant d’opportunités pour répondre aux défis environnementaux du territoire : engager et réussir la transition énergétique, conforter la trame verte et bleue au profit de la biodiversité, réduire la dépendance des habitants à la voiture individuelle, maîtriser le risque d’inondation.

Un territoire à énergie positive

Lauréat de l’appel à projets « Territoires à énergie positive pour la croissance verte » organisé par le ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer, le Campus urbain de Paris-Saclay vise la sobriété énergétique : le projet conjugue la réalisation de nouveaux bâtiments très performants (réglementation thermique RT 2012, certification HQE, H&E et label Effinergie+  à la réhabilitation progressive du parc bâti existant soutenue par des dispositifs incitatifs (contrats de performance, modélisation énergétique pour identifier les potentiels et les priorités, études techniques, juridiques, financières…).

Schéma du réseau de chaleur et de froid de Paris-Saclay

Au-delà de l’échelle du bâtiment, Paris-Saclay développe un réseau de chaleur et de froid bas carbone, une infrastructure essentielle pour exploiter les énergies locales et renouvelables. Trait d’union entre les différents réseaux énergétiques, il constitue la première brique du Smart Energy Paris-Saclay qui est un projet de gestion intelligente et dynamique de l’énergie sous toutes ses formes.

L’EPA Paris-Saclay et l’Institut pour la transition énergétique PS2E ont signé une convention cadre de recherche sur les systèmes énergétiques industriels de Paris-Saclay en vue de leur intégration potentielle au projet de Smart-Energy Paris-Saclay.

 

Bassin de rétention - Quartier de la Vauve

La gestion de l’eau, un enjeu clé

Le plateau de Saclay, argileux et imperméable, s’étend sur plusieurs bassins versants. Il surplombe des vallées densément urbanisées, induisant un risque d’inondation. Dès 2010, l’Établissement a engagé une étude globale de gestion des eaux en inscrivant ce sujet dans une démarche collective à grande échelle. Elle propose une gestion globale de l’eau incluant : la maîtrise des ruissellements, la restauration des rigoles et du patrimoine hydraulique historique, et l’ensemble des usages de l’eau : assainissement des eaux usées, usages agricoles, biodiversité et zones humides, loisirs…

La stratégie ainsi définie maîtrisera le risque d’inondation, en agissant simultanément à plusieurs échelles :

– à l’échelle des parcelles, en favorisant les techniques alternatives aux bassins enterrés ;

– à l’échelle des quartiers, en aménageant des ouvrages de stockage mutualisés dans l’espace public : bassins, noues, dépressions humides, mais aussi des parkings amphibies ou des terrains de sport inondables.

– à l’échelle du plateau tout entier, une gouvernance de l’eau est mise en œuvre, notamment par les syndicats hydrauliques, permettant d’avoir une vue panoramique des écoulements sur le plateau, des outils techniques pour suivre en temps réel l’évolution de la météo, le niveau de remplissage des bassins, les débits dans les rigoles.

Une zone de protection unique en France

La loi du 3 juin 2010 relative au Grand Paris crée une zone de protection naturelle, agricole et forestière (ZPNAF) à Paris-Saclay. Cette zone rend non urbanisables les espaces naturels et agricoles qui la composent. Ce dispositif législatif unique en France, préserve les exploitations agricoles dans le périmètre concerné, et concilie agriculture et respect de l’environnement en mettant en place une gestion optimisée des espaces boisés et naturel du territoire.

La ZPNAF représente 4 115 hectares protégés dont 2 469 hectares consacrés exclusivement aux activités agricoles et 1 646 hectares composés de forêts, cours d’eau, espaces naturels et rigoles.

L’accélérateur numérique

Construire aujourd’hui la ville intelligente de demain : le projet de plateforme numérique est conçu pour faciliter le partage et l’exploitation de données nécessaires pour faire émerger les nouveaux services urbains. La plateforme s’appuiera sur la mutualisation des infrastructures entre les établissements d’enseignement supérieur, les entreprises et les collectivités et sera constituée de plusieurs briques :

  • un service d’intérêt public pour collecter, protéger et partager les données de la ville ;
  • des services développés par des porteurs de projets publics ou privés à partir de ces données ;
  • une forge numérique, environnement open-source pour le développement d’applications.
Usages et nouveaux services, énergie, mobilité, économie circulaire... Le Central se destine à être un réel programme exemplaire en termes d'innovation.
Le Learning Center de l'Université Paris-Saclay proposera à termes des services et des équipements de pointe pour favoriser la coopération entre tous les savoirs.
La terre végétale récupérée au cours des chantiers est stockée en andains en attendant d'être réutilisée sur les chantiers du Campus urbain.

Vers une économie circulaire

Gestion des terres issues des chantiers, mise en place de pépinières valorisation des déchets végétaux (méthanisation, utilisation en engrais agricole), approvisionnement, logistique… : Paris-Saclay met en œuvre les outils d’écologie industrielle afin d’optimiser les flux de matières, d’énergie, d’information qui traversent le territoire. Compte tenu des nombreux chantiers en cours et à venir à Paris-Saclay, le besoin en matériaux et la gestion des déchets sont des enjeux importants. Une stratégie pour gérer au mieux les stocks de terres déplacées a été définie. Les terres des chantiers sont stockées sur place dans des plateformes mutualisées, séparément selon leur nature.

Ces terres peuvent être valorisées pour :

  • La plantation de quartier des parcs et jardins avec des terres végétales,
  • Les remblais de tranchée et nivellement de voirie,
  • L’étanchéité des bassins avec des argiles,
  • La structure des chaussées avec des limons traités à la chaux.

En savoir plus