Participation à Concertation préalable à l’aménagement de la ZAC de Corbeville

Donnez votre contribution

Selon les modalités de concertation fixées pour chaque projet par le Conseil d’Administration, un registre dématérialisé est mis en place afin que le public puisse consulter et donner son avis sans avoir à se déplacer en mairies et en préfecture.

Le registre dématérialisé qui complète le dispositif classique du registre papier, possède la même valeur juridique.

EPA Paris-Saclay – Charte de modération et de participation à la rubrique concertation

Nom *

Prénom *

Email *

Raison sociale

Adresse

Code postal

Ville

Votre message/observation *

Document associé

Souhaitez-vous rester anonyme ?

[dynamichidden concertation-id "CONCERTATION_ID"]

Retrouvez toutes les contributions

  • Delouya Olivier

    Publié le 16.02.2018

    Quand on a crée la fac d’Orsay, on n’a pas cherché à l’urbaniser,
    et pourtant, le campus d’Orsay est une réussite!
    Il suffit de s’y promener puis de parcourir le Moulon pour constater
    à quel point « il n’ y a pas photo ».
    Alors quelle drôle d’idée que de vouloir fixer une population dans une cité dortoir excentrée exposée aux nuisances de la N118!

  • Delouya Olivier

    Publié le 16.02.2018

    Le quartier ne sera jamais relié au centre ville!

    Simple question de dénivellé! Habitant depuis 20 ans à Chevry, quartier de Gif sur le plateau de l’autre côté de la vallée, je peux témoigner que Gif et Chevry, ce sont deux zones d’habitation qui s’ignorent!
    Le déplacement Gif – Chevry est malcommode.
    La route est sinueuse comme en montagne;
    Dans les Bus, on est ballotté au grès des virages, quand ils ne versent pas dans le fossé.. Et quand ils passent! Pas après 23h, et peu en été..
    à pied, après 40 ans, on « sent » le dénivelé.
    Bref, on n’a pas envi de se déplacer du plateau à la vallée et la « centralité » s’étend plus vers les Ulis/Courtabœuf, voir Massy
    Ce quartier a 50 ans et c’est pathétique qu’on ne capitalise pas de l’expérience des habitants

  • Delouya Olivier

    Publié le 16.02.2018

    Il n’a pas d’âme ce quartier. Juste une verrue sur des terres fertiles!

    On ne crée pas une ville ex nihilo au milieu de nulle part!
    D’abord, se forme un hameau, autour d’une bonne raison de vivre dans un lieu donné.
    Rien de tout ça, ici, à telle point qu’on s’empresse d’y faire passer un métro qui permet de s’en échapper aussitôt!
    On ne fixe pas une population autour d’une gare de métro!
    On fait juste se croiser les chercheurs venus de Paris en quête de labos, et des banlieusards éloignés des centres par le prix de l’immobilier.

  • Babigeon Jean-luc

    Publié le 12.02.2018

    1) Je complète et analyse la contribution très utile : « mieux se déplacer à bicyclette ».
    Le trajet MASSY-PALAISEAU /ORSAY me semble une priorité parmi les chemins cyclables (et non seulement Palaiseau Villebon/Orsay). En effet, pour l’avoir pratiqué, passons sur les acrobaties pour emprunter le bord de l’Yvette, à moitié privé, mais à la dernière partie, ie l’arrivée sur Massy, tout est fait pour décourager le cycliste (passage dans une zone industrielle aux nombreux détours, aucun aménagement). Un parcours attrayant sans grande côte serait une TRES grande contribution sur un axe écologique majeur, en quelque sorte une voie verte étendue, avec beaucoup de demandeurs de la région de Massy. Ne parlons pas des alternatives actuelles en car, avec un changement aux Ulis.
    2) la proposition de téléphérique est attrayante, mais a-t-on proposé autre chose ? Voitures/scooters électriques en libre service sur un itinéraire protégé ? Autre ?
    3) Aménager Corbeville : pourquoi ne pas reverser les terres aux agriculteurs ? Pourquoi obligatoirement du béton pour remplacer le béton ?
    JLuc

  • Delouya Olivier

    Publié le 12.02.2018

    Le projet de Corbeville s’appuie sur des bases incertaines.
    – Il se raccroche laborieusement à l’OIN Paris-Saclay, mais rien dans l’OIN n’établit la base d’un projet de l’envergure d’une ville nouvelle.
    – a cet égard, la modification du PLU le concernant ne souffre pas moins de deux recours qui rendent l’opération périlleuse.
    – la puissance publique ne respecte pas la convention Européenne d’Aarhus qu’elle pourtant signée et transposée, qui prévoit la participation des habitants et des associations locales à la PRISE DE DÉCISION
    – les autorités se mettent en porte à faux vis à vis de l’arrêt « Seaport » de la cour de justice Européenne qui statue que le débat public doit être arbitré par une autorité indépendante. Cela va des chiffres qui sont fournis par les apporteurs de projets, jusqu’au permis de construire qui seront tous frappés de nullité du fait de la position de juge et parti du préfet de région signataire.
    – les rapports de la cour des comptes qui pointent régulièrement les dérives abyssales des dépenses et qui montrent que l’ensemble du projet est hors de contrôle et souligne le manque de compétence des donneurs d’ordre
    – le report du métro à 2026 – voir son abandon – suite aux différents recours qui l’entrave alors même que le plateau subit un engorgement du seul fait de l’arrivée du pôle universitaire.
    – les engagements de la France dans le cadre de la COP 21, et dans la lutte contre le gaspillage des terres agricoles.

    De tous ces faits, il ressort que le plus raisonnable et rationnel en l’état est d’arrêter les frais et les dégâts environnementaux aux retours incertains, et de cantonné l’urbanisation du plateau au pôle universitaire existant en le desservant par les lignes RER B & C existantes, re-calibrées pour supporter les déplacements des usagers du pôle universitaire aussi bien que des habitants de la vallée (qui ont droit à des transports décents, eux aussi!)

    Olivier Delouya – Gif sur Yvette

  • Contributeur Anonyme

    Publié le 12.02.2018

    Je trouve aberrant de supprimer des terres agricoles sur le plateau alors que l’on a prôné la préservation de l’environnement lors de la COP 21 et 22 alors pourquoi encore bétonner pour la grande satisfaction de entreprises de T.P et autres bétonneurs toujours prêts à polluer notre environnement avec de encore des bénéfices pour les actionnaires…Stop au bétonnage du plateau!

  • Weulersse Jean marc - Mieux se déplacer à bicyclette

    Publié le 08.02.2018

    Je lis dans la brochure-concertation ZAC Corbeville :
    « Les voies de circulations douces et pistes cyclables créeront des parcours sportif à l’échelle de l’ensemble du campus en mettant en réseau les espaces paysagers (parcs, lisière, coteaux…) et les autres activités sportive »
    Le vélo semble donc rester une activité de loisir et de sport, et toujours pas un mode de déplacement. (Rapide, relativement grande distance 10à20km, bon pour la santé, pas de CO2, pas de pollution, bon marché pour le cycliste et pour les collectivités.).
    Le vélo, c’est vraiment innovant !
    Quatre demandes :
    1) Prévoir les grands axes (piétons et vélos) en premier. Sinon ils feront des détours.
    – Etablir le grand axe en lisière de coteaux (axe qui va des gares de Palaiseau Villebon à La verrières).Axe à rôle touristique et déplacement quotidien. Et réaliser les parties de cet axe au sud de la ZAC de Moulon et au sud de Polytechnique.
    – Etablir la liaison cyclable raide avec la gare du Guichet par le chemin Rural Numéro 29 de Corbeville au Buisson-Pycard.
    – Liaison directe Corbeville vers Vauhallan Igny Massy Paris.
    – Enfin une belle montée par la rue de Versailles.

    2) Renforcer les contrôles pour obtenir des parkings vélo de qualité dans les constructions neuves
    3) Installer des parkings sécurisés en haut des escaliers débouchant aux gares de Lozère et du Guichet
    4) Présenter les aménagements cyclables aux associations une fois sur le schéma de principe et une fois sur les plans détaillés.
    MERCI
    MIEUX se DEPLACER à BICYCLETTE

  • Le coz Jean-luc - Informaticien

    Publié le 07.02.2018

    préservation des terres agricoles avant tout. le plateau est un des derniers espace vert en RP qui permets d’échapper à la concentration urbaine et ses maux.
    pas envie de voir une nouvelle zone d’activité qui va encore réduire la surface verte dans une logique de grignotage a petit feu.

    en un mot LAISSE BETON !!!!

  • Contributeur Anonyme

    Publié le 07.02.2018

    Bonjour, se précipiter et mettre la charrue avant les boeufs sur des terres agricoles, voilà 2 belles compétences de l’EPAPS ! à peine l’expo universelle abandonnée, l’irépressible besoin de bétonnage reprend pour Corbeville ! alors que la résolution des problématiques de transports devient aléatoire, la volonté de densification reprend; la soif de croissance, le gigantisme, la soif d’excellence vont nous conduire avec nos enfants dans un mur et détruire un cadre de vie humain et écologique.

  • Rozé Christian

    Publié le 06.02.2018

    Moins de béton, moins de points de concentration. Une meilleure répartition des lieux d’enseignement, de culture, de loisirs, de petits commerces sur tout le territoire, une réelle multifonctionnalité des quartiers existants, voilà la vraie solution à de nombreux problèmes à commencer par la mobilité !

  • Contributeur Anonyme

    Publié le 20.04.2017

    Est ce qu’un projet de téléphérique qui rejoindrai directement le quartier de corbeville depuis la station du Guichet peut faire parti de la concertation?